Pleins feux sur le budget du gouvernement fédéral du Canada

Où passe, au juste, tout l’argent qui doit permettre au gouvernement fédéral d’assurer la vigueur et le bien-être du Canada tout entier? Parmi la population du pays, il y a beaucoup de gens qui sont bien contents de bénéficier des services de l’État tels que les soins de santé, l’éducation, la défense nationale et la protection de l’environnement. Or, quand il s’agit de l’usage que fait le gouvernement de l’impôt et des autres taxes qu’il perçoit, il y en a également plusieurs qui croient qu’il faut absolument avoir fait des études d’économie pour tout y comprendre. Erreur! C’est à la portée de tout le monde. Voici justement une page de contenus interactifs grâce auxquels toute personne qui se donne la peine de la consulter pourra devenir très savante en la matière. 

Pour voir ce à quoi sert l’argent des contribuables, il suffit de cliquer sur les titres ci-dessous.

Revenus de l’État

Afin d’avoir la capacité de mener une vie ou de connaître une évolution qui ait réellement un sens et soit fructueuse, dans le cas de toute famille ou tout foyer, dans celui de toute société ou entreprise comme dans celui de la population de toute ville ou localité, il est nécessaire d’avoir de l’argent. Pour un pays, c’est pareil : en vue de pouvoir fonctionner adéquatement, tout État doit amasser de l’argent (sous forme d’impôts et de taxes) versé par les gens qui ont le bonheur de mener une existence convenable en vivant dans le pays en question.

  Impôt sur le revenu des particuliers : 49 % (143,2 milliards de dollars)

C’est donc environ la moitié du revenu de l’État qu’on tire sur ce que gagnent les travailleuses et les travailleurs du Canada.

haut

 Impôt sur le revenu des sociétés : 14,6 % (42,5 milliards de dollars)

Il n’y a qu’environ 14 % du revenu de l’État qu’on tire en percevant les diverses taxes qui sont imposées aux sociétés (entreprises). C’est un chiffre qui diminue constamment depuis longtemps; de fait, depuis les années 1980, il a baissé de 36 %. Pour faire accepter le principe des réductions de l’impôt sur le revenu des sociétés et des autres taxes qui leur étaient imposées, on a prétendu que celles-ci allaient stimuler la croissance économique et la productivité, mais les résultats des études qu’on a effectuées à ce sujet démontrent que les réductions en question ne contribuent jamais en rien à l’essor de l’économie nationale.

haut

  Investissements et autres revenus : 9,2 % (26,7 milliards de dollars)

Voilà le chiffre qui représente les revenus tirés des investissements et des recettes des 43 sociétés dont l’État fédéral est le propriétaire telles que la Société canadienne des postes, la Société Radio-Canada, Via Rail Canada et la Monnaie royale canadienne. En 2015, les activités des cinq plus grandes sociétés d’État ont rapporté environ 60 milliards de dollars.

haut

  TPS (taxe sur les produits et services) : 11,5 % (33,7 milliards de dollars)

Actuellement, le taux de la TPS s’élève à 5 % et celle-ci rapporte environ 35 milliards de dollars à l’État par année.

haut

  Cotisation d’assurance-emploi : 7,6 % (22,3 milliards de dollars)

Ce sont à la fois les travailleuses et les travailleurs ainsi que les employeurs qui cotisent à l’assurance-emploi offerte par le gouvernement fédéral pour veiller à ce qu’en cas de difficulté à trouver rapidement un autre emploi, les travailleuses et les travailleurs puissent compter sur un revenu suffisant à faire vivre convenablement leurs familles respectives et la population de leurs milieux de vie pendant qu’ils sont au chômage.

haut

  Autres taxes et droits perçus : 8,1 % (23,6 milliards de dollars)

À part l’impôt et les taxes qu’on fait payer aux sociétés ou aux particulières et particuliers, l’État, en les taxant, tire des revenus des ventes de tabac et de cigarettes, d’alcools ainsi que de pétrole et de ses formes raffinées, sans oublier le versement des rentes ni le financement des FERR (fonds enregistrés de revenu de retraite), auxquels s’en ajoutent encore beaucoup d’autres sources.

haut

Les Canadiennes et les Canadiens sont en mesure de demander régulièrement des comptes au gouvernement en ce qui a trait à l’impôt et aux taxes qu’ils paient. Pour ce faire, ils votent aux élections, exercent des pressions politiques, communiquent avec leurs élu(e)s ou, selon le cas, font des manifestations pacifiques. L’argent de l’impôt et des autres taxes sert à assurer l’éducation des enfants, les soins de santé dont tous les membres de la famille ont besoin, le bon fonctionnement du système judiciaire et l’application de toute politique économique ayant pour but de veiller à ce que la société en général et, en particulier, les familles puissent vivre convenablement à tous les points de vue.

Frais et dépenses de l’État

C’est aussi par le choix de ce qu’il fait de l’argent tiré de l’impôt et des autres taxes que le gouvernement fait voir où se situent ses priorités.  

  Fonctionnement des ministères : 26,1 % (83,2 milliards de dollars)

Les ministères du gouvernement fédéral sont chargés de s’occuper des questions et des problèmes qui touchent actuellement le pays ou bien le toucheront dans un avenir plus ou moins rapproché. En voici justement quelques-uns : le ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile, le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, le ministère de la Défense nationale, le ministère de la Condition féminine, le ministère de la Jeunesse, le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique et le ministère de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et du Travail.

haut

  Grands paiements de transfert : 21,5 % (68,7 milliards de dollars)

Au Canada, l’État fédéral assure régulièrement un soutien considérable aux gouvernements des provinces et des territoires afin de les aider à donner à leur population tous les services voulus en matière de soins de santé, d’enseignement au-delà de la scolarité obligatoire, d’assistance sociale, de programmes sociaux, d’éducation pour la petite enfance et de garde d’enfants. 

haut

  Programmes sociaux pour les aîné(e)s : 15,1 % (48,3 milliards de dollars)

Il s’agit là de tous les deniers publics qui sont consacrés aux personnes du troisième âge ou du quatrième âge par le moyen de programmes tels que la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti.

haut

  Autres paiements de transfert destinés aux autres ordres de gouvernement : 14,9 % (47,7 milliards de dollars)

À titre d’illustration, on pourrait faire mention des fonds en fiducie, dont la flexibilité permet à toute province ou à tout territoire qui en a besoin de disposer d’une certaine somme soit d’un seul coup, soit de façon graduelle au cours d’une période donnée. En voici d’ailleurs quelques exemples :

haut

  Frais de la dette publique : 8,9 % (28,5 milliards de dollars)

Il s’agit là de l’argent que l’État met de côté pour rembourser les dettes qu’il a contractées.

haut

  Prestations d’assurance-emploi : 6,6 % (21 milliards de dollars)

Par le moyen du programme de l’assurance-emploi, le gouvernement du Canada assure un soutien aux travailleuses et travailleurs dans les concours de circonstances où l’aspect de leur vie change subitement tels que la maladie, la naissance d’une ou un enfant et la perte de leur emploi. En plus de la prestation d’assurance-emploi à proprement parler, par exemple, le gouvernement offre ainsi la prestation de maternité, la prestation parentale, la prestation de compassion et la prestation de maladie. À un certain moment ou à un autre, toutes ces allocations peuvent être utiles à la travailleuse ou au travailleur qui se retrouve au chômage ou bien qui, pour une raison ou pour une autre, a dû quitter son emploi.

haut

  Prestation pour enfant : 6,9 % (21,9 milliards de dollars)

Il s’agit là de l’argent que le gouvernement fédéral verse aux parents ou aux tutrices et tuteurs afin de veiller à ce qu’au Canada, chaque enfant dispose de l’essentiel pour bien grandir.

haut

Sources : rapport intitulé Throwing money at the problem (en anglais seulement) du Centre canadien de politiques alternatives (2017), reportage intitulé Wealth gap widens in Canada as richest see faster rise in net worth de la chaîne de télévision Global News (2015), article intitulé Corporate tax cuts may be ‘one of the great policy blunders of the past generation’: Study au journal Huffington Post Canada (2015), article intitulé Canada lost when Ottawa cut the GST au journal The Globe and Mail (2013), page de la ligne 130 intitulée Autres types de revenus de la déclaration de revenus fédérale au site Web de l’Agence du revenu du Canada, page d’information intitulée Other duties and taxes au site Web d’AlbertaCanada.com (2015), article intitulé Robbing the poor to give to the richà la revue Canadian Dimension (2015), page intitulée Soutien fédéral aux provinces et aux territoires au site Web du ministère des Finances du Canada (2016), page intitulée Fonds fédéraux en fiducie au site Web du ministère des Finances du Canada (2012) et document intitulé Rapport annuel 2015 de la Société canadienne des postes (2016)