Le PTP : un accord néfaste pour les Canadiennes et Canadiens

Les TUAC Canada exhortent le gouvernement canadien à s’opposer à la ratification du Partenariat transpacifique (PTP), accord qui serait très préjudiciable pour l’économie, les emplois et les familles au Canada.

Le Partenariat transpacifique est un pacte commercial de grande envergure et très dangereux entre le Canada, les États-Unis et dix autres pays. S’il est ratifié, le PTP aurait des effets dévastateurs dans de nombreux secteurs qui ont longtemps soutenu l’économie canadienne et plus particulièrement les secteurs des soins de santé, de la volaille et des produits laitiers.

Voici ce en quoi le PTP serait dangereux pour les salarié(e)s et les familles s’il est ratifié :

  • Le PTP pourrait occasionner des pertes d’emploi pour les membres des TUAC Canada en donnant aux producteurs avicoles et laitiers étrangers une part encore plus importante du marché canadien.

  • Les grandes entreprises des pays ayant souscrit au PTP pourraient poursuivre des gouvernements démocratiquement élus comme celui du Canada dans le cadre d’un système non justiciable distinct des tribunaux nationaux.

  • Le PTP pourrait faire perdre jusqu’à 20 000 emplois dans le secteur de l’automobile en éliminant les mesures prévues pour encourager la fabrication d’automobiles au Canada tout en augmentant les mesures encourageant les entreprises à s’approvisionner en pièces dans les pays pratiquant des bas salaires.

  • Le PTP accentuerait les pires aspects du Programme des travailleurs étrangers temporaires en empêchant le Canada de limiter le nombre des travailleurs étrangers admissibles à entrer au pays. Le PTP pourrait permettre aux employeurs de payer à ces ouvriers un taux de salaire inférieur au taux qu’ils versent aux travailleurs canadiens.

  • Le PTP pourrait également entraîner une hausse des prix des médicaments sur ordonnance en allongeant la protection monopolistique des brevets accordés aux sociétés pharmaceutiques, réduisant ainsi l’accès à des médicaments génériques moins chers.

Plus que jamais, nous devons désormais faire front commun pour faire échec à cet accord commercial dangereux. Envoyez une lettre au premier ministre Justin Trudeau et à la ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, pour leur demander de s’opposer à la ratification du PTP.