La Caisse d'indemnité nationale

Le soutien qu’il faut à l’instant critique

Grâce à la Caisse d'indemnité nationale (CIN) des TUAC Canada,  on a la garantie qu’en cas de grève ou de lockout, chaque section locale aura la capacité de se battre au nom de ses membres même contre les plus grands employeurs tout en recevant des prestations de grève supplémentaires permettant d’atténuer les effets de la grève sur les travailleurs et leurs familles.

La CIN a été créée en 1986 en prévision de grèves importantes qui devaient avoir lieu la même année dans l'industrie de la transformation des viandes du Canada. Cette année-là s’est avérée décisive pour cette industrieen raison de la grève de six mois et demi, qui concernait plus de 1 000 membres, chez  Gainers Meats, à Edmonton, et d’un lockout bref touchant près de 500 membres à la conserverie Fletcher’s Fine Foods, non loin de là, à Red Deer.

Quoiqu’à ses tout débuts, la CIN a alors été en mesure d’assurer un vrai soutien à la grève et au front uni des travailleurs et a surmonté les pressions extrêmes que subissaient ses ressources au cours de la première année suivant sa fondation.

Aujourd'hui, la CIN continue à appuyer des milliers de membres des TUAC Canada aux quatre coins du pays. Elle est ainsi en première ligne de nombreux combats qui sont parmi les plus importants  que les travailleurs aient dû mener contre des employeurs à l’attitude discutable au cours des dernières années. Les luttes en question comprennent notamment la grève de 1997, qui s’est étendue à plusieurs provinces, chez le géant de l'industrie alimentaire Maple Leaf ainsi que les conflits dans le secteur de l’alimentation au Québec, c’est-à-dire chez Super C, IGA et Maxi.  Ajoutons à cela les batailles dans l’industrie de la transformation de la viande, soit contre Olymel au Québec et XL Beef en Saskatchewan, et le différend avec l’hôtel Château Bathurst, au Nouveau-Brunswick.

La Caisse a pour objet et but de fournir aux membres un supplément de sécurité financière lors des grèves et des lockouts. Depuis juillet 2005, la CIN propose trois niveaux de taux de cotisation. Ainsi, les sections locales participantes versent mensuellement leurs cotisations à la CIN selon le nombre total d’employés syndiqués dans chacune des unités affiliées pour chaque semaine de travail. Le taux de cotisation hebdomadaire par personne, que les membres de chaque unité affiliée ont voté, sera soit de 2 $ pour recevoir des prestations de piquetage de 200 $ par semaine, soit de 1 $ pour des prestations de 100 $ par semaine, ou de 0,50 $ pour des prestations de 50,00 $ par semaine.